MENU
cocarde française

As 14 - 18

Les as français de la Grande Guerre

Décorations

Profils

Pierre Pendaries

7 victoires sûres, 4 victoires probables
Palmarès détaillé »

Pierre Hilaire Emile Albert Pendaries naît à Chambéry le 21 juin 1894 dans une famille bourgeoise où son père exerce la profession d’ingénieur des ponts et chaussées. Il est d’ailleurs muté à Toulouse au début des années 1900 où se déroule l’adolescence du jeune Pierre, qui obtient son baccalauréat et entame des études scientifiques quand survient la guerre.

N’ayant pas encore effectué son service militaire (ayant obtenu un sursis d’incorporation pour études), il est appelé sous les drapeaux le 4 septembre 1914 et rejoint le 80e régiment d’infanterie. Après avoir effectué ses classes, il est envoyé au front le 15 novembre 1914 et est blessé devant Ypres le 18 décembre 1914 d’une balle au genou gauche. Après sa convalescence, il se porte volontaire pour l’aviation et intègre les écoles de pilotage à la fin du mois d’août 1915. Breveté en janvier 1916 et promu au grade de caporal, il effectue un stage à l’école d’acrobatie de Pau avant d’être affecté le 6 avril 1916 à l’escadrille N 69 stationnant à Lemmes dans la région de Verdun.

Recevant un Nieuport 17 camouflé qu’il décore d’une étoile blanche, son symbole personnel, il effectue sur le secteur de Verdun ses premières patrouilles, puis, promu sergent, va remporter sa 1ere victoire aérienne le 19 juillet 1916 alors que son escadrille a été envoyée dans la Somme. Suit alors une longue période de combats sans résultats, jusqu’au mois de mars 1917 où la N 69 part pour la région de Reims. C’est là où le 22 avril 1917 où il descend son 2e avion ennemi, suivi d’une 3e victoire aérienne le 3 mai. Malheureusement pour lui, le 3 juin 1917 il reçoit 3 balles aux jambes lors d’un combat aérien qu’il livre aux commandes de son SPAD au-dessus de Fismes.

Hospitalisé, il ne pourra pas suivre la N 69 lors de son tour d’opération sur le front italien et est officiellement muté au GDE le 4 août 1917 et suit une longue convalescence. Il en sort officiellement le 19 janvier 1918 et est dirigé au GC 12 le 25 février 1918 où on l’affecte à l’escadrille SPA 67 du capitaine d’Indy. Promu au grade de sous-lieutenant, il va remporter son 4e succès le 17 mai 1918 et trois autres lors des contre-offensives alliées, la dernière le 29 octobre 1918 douze jours avant la fin des combats.

Toujours mobilisé en 1919, il se marie au mois d’août dans le Var, peu avant sa démobilisation qui lui est accordée le 20 septembre. Il s’établit alors à Paris dans les années 1920 et Marseille dans les années 1930, mais peu de détails sont connus du reste de sa vie, si ce n’est sa promotion au grade capitaine de réserve en 1931. Il est parmi les tous derniers as de la première guerre mondiale à quitter ce monde le 3 avril 1987 à St Cyr-sur-Mer, (Var) à l’âge de 92 ans.

Sources

- Fiche Matricule Toulouse Classe 1914 n°1706
- État civil
- Fiche "Mémoire des Hommes"
- Journal officiel

Palmarès de Pierre Pendaries

DateHeureEscadrilleAvion pilotéRevendiquéLieuNotes
1 01-août-16 N 69   Avion Somme (lignes all.)
2 22-avr-17 N 69   Avion  
3 03-mai-17 N 69   Rumpler C Aumenancourt-le-Petit
P1 16-mars-18 14h20 SPA 67 SPAD Biplace S. Challerange
4 17-mai-18 11h40 SPA 67 SPAD Biplace NE. Moreuil
5 22-juil-18 5h45 SPA 67 SPAD Biplace Ville-en-Tardenois Avec Sgt Marcel Jaubert
P2 22-juil-18 SPA 67 SPAD Biplace Ville-en-Tardenois
P3 16-août-18 SPA 67 SPAD Biplace Margny-aux-Cerises
6 26-sept-18 18h00 SPA 67 SPAD Fokker D VII S. Tahure Avec Adj Parsons (SPA 3) et MdL Denneulin (SPA 3)
P4 26-sept-18 SPA 67 SPAD Fokker D VII S. Tahure
7 29-oct-18 13h17 SPA 67 SPAD Biplace Amancourt / Lametz