MENU
cocarde française

As 14 - 18

Les as français de la Grande Guerre

Décorations

Profils

Raoul Lufbery

16 victoires sûres, 14 victoires probables
Palmarès détaillé »

Raoul Gervais Lufbery est né à Chamalières le 14 mars 1885, dans une famille franco-américaine plutôt aisée dont le père, de nationalité américaine, est un chimiste travaillant dans une fabrique de chocolat parisienne. Il vient au monde après deux frères et sa mère, de nationalité française, décède alors qu’il n’est âgé que d’un an. Le jeune garçon est alors élevé par sa grand-mère maternelle à Chamalières pendant que son père retourne vivre aux Etats-Unis dans le Connecticut. Devenu adolescent, il travaille dans une chocolaterie à Blois puis à Clermont-Ferrand, et en 1906 part pour les Etats-Unis en compagnie d’un de ses frères pour y retrouver son père. Il ignore que ce dernier voyageait à ce moment vers la France mais il peut découvrir les membres de sa famille américaine.

De là il va mener une vie aventureuse, devenant représentant de commerce, ce qui le fait voyager jusqu’à Cuba. Il s’engage en 1907 dans l’armée américaine comme simple soldat et se retrouve au 20e régiment d’infanterie à San Francisco, puis est envoyé à Hawaï le 13 décembre 1908, retourne à San Francisco le 1er avril 1909 et finit son service à Manille aux Philippines en 1910. Son engagement terminé, il voyage en Asie et visite le Japon, la Chine et l’Inde en 1912 rencontre le pionnier de l’aviation Marc Pourpe qui réalise des exhibitions aériennes tout autour du monde. Il va en devenir le mécanicien et va le suivre en Indochine ainsi qu’en Afrique du Nord où il prépare un raid aérien en 1914.

Quand la guerre éclate il suit son patron Marc Pourpe et s’engage comme simple soldat dans l’armée française pour la durée de la guerre le 25 août 1914, non dans la légion étrangère mais dans l’armée régulière car il est citoyen français de naissance. Cet engagement volontaire lui permet de choisir son arme, le 1er groupe d’aviation où il est employé comme mécanicien. Bien qu’aucun document ne permette de formellement l’attester, on peut supposer qu’il est affecté comme mécanicien de Marc Pourpe, qui sert à l’escadrille MS 23.

Quand celui-ci se tue accidentellement le 2 décembre 1914, Raoul Lufbery décide de lui-même devenir pilote pour le venger et finit par être accepté dans les écoles de pilotage. Il obtient son brevet de pilote militaire (n°1286) sur Farman à Chartres le 29 juillet 1915 ainsi que le grade de caporal, et, après avoir complété sa formation à l’école d’Ambérieu, part le 5 octobre 1915 pour l’escadrille VB 106 à Malzéville sur bombardier Voisin.

Il y restera environ 8 mois à effectuer des missions de bombardement principalement sur la Lorraine allemande. Au mois de mai 1916, il gagne le Groupement des Divisions d’Entrainement pour se former sur chasseur Nieuport et le quitte le 24 de ce mois pour intégrer la nouvelle escadrille N 124, constituée de pilotes volontaires américains et qui prendra le nom d’escadrille Lafayette – les Etats-Unis étant à cette époque officiellement neutres dans le conflit. Raoul Lufbery, promu au grade de sergent, y vit une cohabitation d’abord difficile avec ses compatriotes qui sont pour la plupart issus de riches familles américaines et se moquent de son accent français. Cependant il va rapidement s’imposer grâce à ses résultats. Alors que la N 124 combat dans le ciel de Verdun, il y remporte sa première victoire aérienne le 30 juillet 1916, suivies de trois autres dans la dizaine de jours suivants qui lui valent sa promotion au grade d’adjudant. A la fin de l’année 1916, la N 124 est déplacée dans les Vosges pour y servir d’escorte aux bombardiers du Groupe Happe et c’est le 12 octobre 1916, lors d’un célèbre raid des bombardiers sur Oberndorf qui tourne en une bataille rangée entre avions français et allemands que Raoul Lufbery remporte sa 5e victoire homologuée qui lui vaut l’honneur de figurer dans le communiqué aux armées du 15 octobre et d’accéder à la célébrité.

Il va ensuite durant l’année 1917 participer à tous les combats de l’escadrille Lafayette dont il est le meilleur élément, étant décrit par ses camarades comme n’étant pas forcément un pilote exceptionnel mais un mécanicien hors pair qui met toutes les chances de son côté en inspectant méticuleusement toutes les pièces de son appareil ainsi que les bandes de sa mitrailleuse. Il est à l’origine de la mascotte de l’escadrille, un lionceau nommé Whisky qui sera suivi d’une petite lionne nommée Soda et dont, selon les témoignages, Lufbery était le seul à pouvoir approcher sans se faire mordre. Promu au grade de sous-lieutenant en juin 1917, il obtient ses 15e et 16e victoires officielles aux commandes de son SPAD le 2 décembre 1917. Il va quitter son unité peu après : alors que les États-Unis sont officiellement en guerre, des escadrilles américaines commencent à se former et à être envoyées sur le front. Raoul Lufbery est promu au rang de major (commandant) et est chargé de transmettre sa précieuse expérience du combat à tous ces jeunes pilotes.

Il continue cependant de voler opérationnellement au 94th Aéro Squadron, dit « The hat in the ring », qui est basé à Toul en Lorraine sur Nieuport 28. Le 19 mai 1918 il attaque sur la commune de Maron un avion allemand qui se défend et touche son Nieuport. Lufbery est alors expulsé de son appareil et est précipité dans le vide, sans parachute comme tous les pilotes de l’époque, et se tue en s’écrasant contre une barrière de jardin. On ne sait trop si, comme cela a été annoncé, il s’est volontairement jeté dans le vide comme le prétend sa légende pour éviter de périr brûlé vif, où si comme un témoin oculaire le prétend a été expulsé de son appareil qui faisait des embardées en ayant des commandes coupées.

La nouvelle de sa mort fera la une des journaux français comme américains. Inhumé avec les honneurs militaires français comme américains, sa dépouille repose aujourd’hui au mémorial Lafayette de Marnes-la-Coquette.

Palmarès de Raoul Lufbery

DateHeureEscadrilleAvion pilotéRevendiquéLieuNotes
1 30-juil-16 N 124 Nieuport 11 Biplace O. Etain Equipage du KG 6 tué.
2 31-juil-16 N 124 Nieuport 11 Biplace Fort de Vaux
3 04-août-16 N 124 Nieuport 21 Biplace Avocourt Equipage du KG 6 tué.
4 08-août-16 N 124 Nieuport 21 Aviatik C S. Douaumont Equipage du KG 6 tué.
5 12-oct-16 N 124 Nieuport 17 Roland C.II Oberndorf-am-Neckar
P2 09-nov-16 N 124 Nieuport 17 n°1844 Avion Ablaincourt
P3 10-nov-16 N 124 Nieuport 17 n°1844 Avion Haplincourt Equipage du KG 5 tué.
P4 04-déc-16 N 124 Nieuport 17 n°1844 Avion E. Chaulnes
6 27-déc-16 15h00 N 124 Nieuport 17 n°1844 Avion SE. Chaulnes
7 24-janv-17 10h05 N 124 SPA VII n°238 Aviatik C Péronne
P5 08-avr-17 N 124 Avion
8 13-avr-17 17h30 N 124 Biplace NO. St Quentin
9 24-avr-17 17h25 N 124 Aviatik C E. Cerisy
10 12-juin-17 8h20 N 124 Biplace Aguilcourt
11 04-sept-17 9h15 N 124 Avion Cheppy
P6 05-sept-17 N 124 Avion Louvemont
P7 06-sept-17 N 124 Avion Bezonvaux
12 22-sept-17 13h42 N 124 Biplace E. Cheppy
P8 22-sept-17 N 124 Avion Cheppy
13 16-oct-17 10h15 N 124 Biplace Ferme d’Hurtebise
14 24-oct-17 N 124 Biplace Courtecon Avec Lt Paul Malavialle - Pilote du Jasta 13 tué.
P9 24-oct-17 N 124 Biplace Chavignon-Urcel
P10 24-oct-17 N 124 Chasseur Urcel
P11 24-oct-17 N 124 Biplace Urcel
P12 24-oct-17 N 124 Avion Chaillevois
15 02-déc-17 10h05 N 124 SPAD VII N°1777 Biplace S. Ployart-et-Vaurseine Avec 3 avions de la N 88
16 02-déc-17 11h25 N 124 SPAD VII N°1777 Biplace Laval-en-Laonnois
P13 12-avr-18 13h25 94th AS Nieuport 28 Albatros D.III Xivray
P14 27-avr-18 94th AS Nieuport 28 Avion