MENU
cocarde française

As 14 - 18

Les as français de la Grande Guerre

Décorations

Profils

Michel Coiffard

Le brave

34 victoires sûres (dont 24 drachens), 5 victoires probables
Palmarès détaillé »

Michel, Joseph, Marie Coiffard naît à Nantes le 16 juillet 1892 dans un contexte familial difficile : son père, employé des chemins de fer, ne prend même pas la peine de se déplacer à l’état-civil pour déclarer l’enfant. Ses parents vont divorcer peu après sa naissance et sa mère, dame de ménage, va se remarier et s’installer à Paris où le jeune garçon va grandir avec un demi-frère et une demi-sœur nés après lui. Devenu apprenti-chaudronnier et décrit par des témoins comme une force de la nature, le jeune homme décide de s’engager dans l’armée avant d’avoir accompli son service militaire, et se retrouve incorporé à la fin de l’année 1910 comme simple soldat au 35e régiment d’artillerie.

Il effectue son instruction militaire en France et connaît dès le début des difficultés avec la discipline qui lui valent plusieurs jours d’arrêt et même de prison. En juillet 1911, il est muté au 5e groupe autonome d’artillerie d’Afrique en Tunisie puis passe au 4e groupe du Maroc où les jours d’arrêt et de prison continuent de pleuvoir… Mais quand au mois de mai 1912 des rebelles attaquent la ville de Fez où il est stationné, le soldat Coiffard combat avec une grande bravoure. Ses ennuis disciplinaires disparaissent et il est récompensé en décembre 1912 par la distinction de soldat de 1ere classe, puis est nommé brigadier en novembre 1913.

Quand éclate la guerre il est rapidement muté en France au 13e régiment d’artillerie de Vincennes, où il est promu maréchal des logis dès les premières semaines du conflit. Il combat avec une rare bravoure en recevant plusieurs blessures durant l’année 1915 et la médaille militaire, puis obtient à sa demande une mutation en février 1916 au 13e bataillon de chasseur à pied qui est l’élite de l’infanterie française. Il va s’y distinguer de nouveau en août 1916 lors de la bataille de la Somme mais les multiples blessures qu’il reçoit le rendent inapte au combat d’infanterie.

Désireux de continuer de se battre, il se porte volontaire pour l’aviation et, après sa convalescence intègre les écoles de pilotage en janvier 1917, d’où il ressort breveté et affecté à l’escadrille N 154 nouvellement créée fin juin 1917, volant sur Nieuport 24. Il s’y bat avec autant de bravoure que dans les tranchées et espère bien devenir un as, rêvant d’une gloire et d’une légion d’honneur que tranchées ne lui ont pas données. Malheureusement pour lui, les performances de son appareil et les occasions de combat ne lui permettent pas d’accéder à ce rêve. Alors que son escadrille, intégrée à la Division Aérienne, est rééquipée de SPAD, il a partiellement atteint son rêve en ayant été promu au grade de sous-lieutenant en septembre 1917 et est fait chevalier de la légion d’honneur en février 1918, mais il reste un pilote de chasse tout à fait obscur titulaire de 3 victoires aériennes au début de l’année 1918. Il aspire à devenir un grand as mais cet objectif lui paraît hors d’atteinte…

Toutefois, les offensives allemandes du printemps 1918 et la chasse aux Drachen, les ballons captifs allemands, vont lui en donner l’opportunité. C’est son chef d’escadrille, le capitaine Lahoulle, qui initie les pilotes de la SPA 154 à ce sport dangereux. Les Drachen sont en effet une proie facile car constituant une cible statique ; qui plus est il y en a toujours sur le front. Mais ils sont aussi un objectif très dangereux à atteindre, car toujours protégés par une forte DCA voire par des chasseurs postés à haute altitude. Mais Coiffard a du courage à revendre pour affronter le danger et ne montre aucune hésitation à plonger dans une muraille de feu. Il va abattre son premier Drachen le 30 juin 1918 (sa 4e victoire), puis 5 autres plus un avion dans les deux semaines qui suivent, portant son score à 9 la veille de l’ultime attaque allemande le 15 juillet 1918. L’honneur du communiqué, réservé aux pilotes ayant atteint les 10 victoires, est proche… Il va se surpasser pendant la bataille et durant la contre-attaque sur la Marne, puisqu’il abat 11 nouvelles « saucisses » et 2 avions du 15 juillet au 6 août, pour beaucoup en compagnie de son équipier, l’adjudant Jacques Ehrlich, dont il met les nerfs à rude épreuve. La presse parle des deux hommes qui font brûler les saucisses allemandes « comme paille au soleil ». Coiffard a atteint son but : il est désormais célèbre.

Son score va augmenter à une vitesse jamais atteinte : il est à 25 victoires au 1er septembre, à 32 en octobre… Il laisse filtrer dans la presse qu’il a bien mérité la croix d’officier de la légion d’honneur dont il convoite le traitement (« Je ne risque pas ma peau pour rien »), et envoie sa photo dédicacée à la presse régionale nantaise, son pays natal, pour se faire connaître. Il ne verra pas l’armistice : le 28 octobre 1918, volant à la tête d’une patrouille de 11 appareils, il repère un groupe de 5 Fokker et passe à l’attaque. Seul un équipier le suit… Coiffard, après avoir abattu un Fokker, va succomber dans la mêlée à deux contre quatre d’une balle qui lui traverse le dos, ayant la force de poser son SPAD dans les lignes françaises où il expire. Il était titulaire de 34 victoires aériennes dont 24 Drachen, la plupart obtenues en à peine trois mois, succombant à deux semaines de la fin des combats, le jour où sa croix d’officier de la légion d’honneur lui est décernée.

Sources

- "Michel Coiffard, le flambeur de saucisses", article de David Méchin paru dans AVIONS n°188-189 (juillet et septembre 2012)
- Journal de Marche du groupe de combat de la SPA 154
- Carnet de comptabilité de campagne de la SPA 154
- La guerre aérienne illustrée, divers numéros.
- Témoignages oraux SHDA : Delporte, Waddington.

Palmarès de Michel Coiffard

DateHeureEscadrilleAvion pilotéRevendiquéLieuNotes
1 05/09/1917 N 154 Nieuport Albatros C Le Catelet
2 03/01/1918 12h45 SPA 154 SPAD Chasseur NE St Quentin
3 02/02/1918 12h10 SPA 154 SPAD XIII S2219 Biplace Juvincourt
P1 17/02/1918 14h55 SPA 154 SPAD XIII S2194 Fokker Dr.I SE Thierry
4 30/06/1918 06h50 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Beauvardes Avec MdL Ehrlich et MdL Barbreau
5 30/06/1918 17h50 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Courpoil Avec S/Lt Gros et Adj Petit
6 01/07/1918 17h29 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Courmont Avec S/Lt Gros, Adj Petit et MdL Ehrlich
7 05/07/1918 05h48 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Sapicourt Avec Adj Petit et MdL Ehrlich
8 07/07/1918 09h01 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Courcelles
9 12/07/1918 06h55 SPA 154 SPAD XIII S8454 Albatros D Rosnay Avec S/Lt Waddington et MdL Ehrlich
10 15/07/1918 10h30 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Goussancourt Avec Cne Lahoulle, Adj Chevalier et Sgt Abott
11 15/07/1918 10h32 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Goussancourt Avec Cne Lahoulle et Adj Chevalier
12 15/07/1918 19h05 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon S Le Charmel Avec MdL Ehrlich et S/Lt Gros
13 17/07/1918 05h30 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon NE Moronvillers Avec MdL Ehrlich et Sgt Hubert
14 17/07/1918 05h35 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Moronvillers Avec MdL Ehrlich et Sgt Hubert
15 18/07/1918 09h15 SPA 154 SPAD XIII S8454 Rumpler C E Bois de Beine Avec S/Lt Waddington et S/Lt Gros
16 18/07/1918 19h05 SPA 154 SPAD XIII S8454 Ballon Forêt de Ris Avec MdL Ehrlich
17 21/07/1918 18h05 SPA 154 SPAD XIII S8454 Biplace Champlat
18 01/08/1918 09h00 SPA 154 SPAD XIII S6708 Ballon St Clément à Arnes Avec MdL Ehrlich
19 01/08/1918 09h02 SPA 154 SPAD XIII S6708 Ballon St Clément à Arnes Avec MdL Ehrlich
20 01/08/1918 09h05 SPA 154 SPAD XIII S6708 Ballon St Clément à Arnes Avec MdL Ehrlich
21 03/08/1918 19h35 SPA 154 SPAD XIII S6708 Ballon N Sommepy Avec S/Lt Barbreau
22 03/08/1918 19h36 SPA 154 SPAD XIII S6708 Ballon N Sommepy Avec S/Lt Barbreau
P2 11/08/1918 10h15 SPA 154 SPAD XIII S9581 Fokker D.VII 5 km ENE Fismes Avec Adj Chevallier, Adj Ehrlich, Adj Petit, Sgt Abbott, Sgt Le Roy, Brig Brune, Brig Cuvelier et Brig Pommier
23 11/08/1918 19h30 SPA 154 SPAD XIII S9534 Fokker D.VII NO Jonchery
24 11/08/1918 19h45 SPA 154 SPAD XIII S9534 Ballon Caurel Avec Adj Ehrlich
25 11/08/1918 19h55 SPA 154 XIII S9534 Fokker D.VII N Beine Avec Adj Petit
26 07/09/1918 09h00 SPA 154 SPAD XIII S15160 Ballon Beaurieux Avec S/Lt Condemine et Sgt Peillard
27 14/09/1918 13h45 SPA 154 SPAD XIII S4867 Ballon Gernicourt Avec S/Lt Condemine et Cal Lisle
28 14/09/1918 13h50 SPA 154 SPAD XIII S4867 Ballon Cormicy Avec S/Lt Condemine et Cal Lisle
29 15/09/1918 12h30 SPA 154 SPAD XIII S4867 Ballon Brimont Avec S/Lt Condemine et Adj Ehrlich
30 15/09/1918 12h33 SPA 154 SPAD XIII S4867 Ballon Cormicy Avec S/Lt Condemine et Adj Ehrlich
31 15/09/1918 12h35 SPA 154 SPAD XIII S4867 Ballon Gernicourt Avec S/Lt Condemine et Adj Ehrlich
32 28/09/1918 09h00 SPA 154 SPAD XIII S4930 Ballon SO Semide
P3 28/09/1918 09h00 SPA 154 SPAD XIII S4930 Fokker D.VII SO Semide
33 02/10/1918 12h20 SPA 154 SPAD XIII S4930 Biplace SE St Étienne à Arnes
P4 03/10/1918 08h45 SPA 154 SPAD XIII S4930 Biplace S Dontrien Avec S/Lt Condemine
34 28/10/1918 15h10 SPA 154 SPAD XIII S4930 Fokker D.VII Rethel
P5 28/10/1918 15h10 SPA 154 SPAD XIII S4930 Fokker D.VII Rethel