MENU
cocarde française

As 14 - 18

Les as français de la Grande Guerre

Décorations

Charles Macé

12 victoires sûres (dont 8 drachens), 3 victoires probables
Palmarès détaillé »

On sait peu de choses de la vie de Charles Macé, qui naît à Pau le 5 avril 1898. Comme la ville est un haut lieu des pionniers de l’aviation le jeune garçon est probablement fasciné par les aéroplanes et quand la guerre éclate, il n’est âgé que de 16 ans et par conséquent trop jeune pour être mobilisé. Il brûle néanmoins de se battre et va parvenir à l’engager avant même d’avoir 18 ans, le 21 octobre 1915, au 21e régiment de dragons en tant que simple soldat.

Il va y servir pendant près de sept mois avant d’être muté au 53 régiment d’artillerie engagé à Verdun. Se portant volontaire pour l’aviation, il est accepté en écoles de pilotage au mois de mars 1917 et finit son apprentissage dans sa ville natale de Pau en y apprenant le maniement des avions de chasse.

Nommé caporal, puis sergent, il est alors affecté au mois d’août 1917 à l’escadrille N 90 en compagnie de son ami Jean Pézon qu’il a rencontré en école de pilotage. L’escadrille est basée en Lorraine dans un secteur très calme, mais les jeunes pilotes de cette escadrille vont faire preuve d’une motivation exceptionnelle pour l’action et vont aller prendre le risque d’attaquer les ballons captifs allemands, les Drachen, et se tailler ainsi un important tableau de chasse. Charles Macé n’y fera pas exception : après avoir ouvert son score contre deux avions ennemis le 27 mars 1918, ce qui lui vaut sa promotion au grade d’adjudant, il va remporter un 3e succès contre un biplace capturé dans les lignes françaises le 14 août puis se spécialiser dans la chasse aux Drachen. Il termine la guerre avec un total de 12 victoires homologuées dont 8 ballons, et va devenir avec son ami Jean Pézon le dernier as français mentionné dans le communiqué aux armées du 30 octobre 1918.

Resté dans l’armée en tant que militaire d’active, le jeune adjudant se passionne pour l’aviation commerciale naissante et rêve de participer aux grands raids de prestige qu’organise l’aviation française vers des destinations lointaines. Mais son simple grade de sous-officier lui barre bien des portes alors que l’aviation française ne sait que faire de ses officiers pilotes en surnombre. Il ronge son frein en réalisant des acrobaties sur son chasseur SPAD, dans son escadrille stationnant en Alsace. L’une d’elle se terminera tragiquement le 7 juin 1919 quand son appareil s’écrase après un virage à basse altitude, le tuant sur le coup.

Palmarès de Charles Macé

DateHeureEscadrilleAvion pilotéRevendiquéLieuNotes
P1 24-mars-18 N 90 Nieuport Chasseur Parroy En collaboration avec Sgt Pezon
1 27-mars-18 17h10 N 90 Nieuport Chasseur Lagarde-Parroy En collaboration avec Adh Bizot et Adj Ruamps (SPA 87)
2 27-mars-18 19h00 N 90 Nieuport Avion Lagarde-Parroy En collaboration avec Adh Bizot et Adj Ruamps (SPA 87)
P2 21-mai-18 SPA 90 Biplace Juville En collaboration avec S/Lt Ambrogi et Sgt Pezon
3 14-août-18 6h30 SPA 90 DFW C.V (capturé) Lunéville DFW C.V n°2379/18, Uffz Stamer et Ltn Georg Kolb du FlAbt 242. Avec S/Lt Lemaire et S/Lt J. Bordes
P3 14-sept-18 SPA 90 Avion (probable) Lignes allemandes Ltn Eugen Siempelkamp (5v), CO du Jasta 64w. Avec Lt Ambrogi et Lt Lemaire
4 15-sept-18 7h00 SPA 90 Ballon Bourdonnay Avec S/Lt Ambrogi
5 22-sept-18 10h04 SPA 90 Ballon Geline Balloonzug 62
6 22-sept-18 10h07 SPA 90 Ballon Juvelize Balloonzug 36
7 10-oct-18 16h10 SPA 90 SPAD Ballon Geline Balloonzug 36. En collaboration avec l’Adj Pezon
8 18-oct-18 14:15 SPA 90 SPAD Ballon Omeney Balloonzug 211. Avec S/Lt Ambrogi
9 18-oct-18 14:20 SPA 90 SPAD Ballon Avricourt Balloonzug 217. Avec S/Lt Ambrogi et Sgt Auzuret
10 22-oct-18 09h00 SPA 90 SPAD Ballon Goin Balloonzug 152
11 22-oct-18 09h05 SPA 90 SPAD Ballon Geline Balloonzug 36. Avec S/Lt Dencausse
12 28-oct-18 10h00 SPA 90 SPAD Hannover CL N. Champenoux Uffz Bruno Weber et Vfw Otto Schütze, du FlAbt 266, tués à Diedersdorf. En collaboration avec l’Adj Pezon