MENU
cocarde française

As 14 - 18

Les as français de la Grande Guerre

Décorations

Profils

Marc Ambrogi

14 victoires sûres (dont 11 drachens), 7 victoires probables
Palmarès détaillé »

Marius (dit Marc) Ambrogi voit le jour le 9 juin 1896 à Marseille, ville où est affecté son père, d’origine corse, et exerçant la profession d’officier d’administration militaire. Déménageant dans l’Hérault dans les années 1910, le jeune homme y obtient ses deux baccalauréats juste avant la déclaration de guerre au mois d’août 1914.

N’ayant pas effectué son service militaire et pris dans la ferveur patriotique de l’époque, il s’engage volontairement dans l’armée en septembre 1914. Très jeune soldat et de constitution plutôt frêle, il est incorporé à la 14e section de commis et d’ouvriers d’administration et deviendra cycliste chargé de porter les plis de l’état-major aux diverses unités. Après un an à pédaler, il se portera volontaire pour l’aviation et va entrer en écoles de pilotage au mois de février 1916, dont il ressort breveté une année plus tard en février 1917 avec le grade de caporal, et étant affecté à une section de chasse en Lorraine sur chasseur Nieuport le mois suivant. Cette section sera vite fusionnée avec d’autres pour former l’escadrille N 90 basée à Toul.

Si le front le Lorraine est plutôt calme, plusieurs jeunes pilotes de la N 90 vont chercher de l’action dont Marius Ambrogi, qui, promu sergent, va prendre la tête de cette bande de tête brûlées en remportant la première victoire officielle de l’escadrille le 30 octobre 1917 quand il contraint un biplace ennemi à se poser dans les lignes françaises où il est capturé, et ce après plusieurs succès qui ne lui ont pas été homologués. Effectuant également plusieurs missions de mitraillage des tranchées, il revient plus d’une fois avec son appareil criblé de balles… Dès lors, régulièrement, il va ajouter d’autres pièces à son tableau de chasse, d’abord des avions, puis à compter du mois de mai des ballons captifs ennemis, les Drachen, qu’il fait flamber aux commandes de son SPAD en risquant sa vie à chaque fois face à une forte DCA. Le 21 septembre, il est cité au communiqué aux armées après ses 10e et 11e victoires, et va terminer la guerre avec le grade de lieutenant et avec un score de 14 victoires homologuées, dont 11 ballons, ce qui lui vaudra la légion d’honneur, la médaille militaire et 10 palmes sur sa croix de guerre. Il ira offrir ses décorations à notre Dame de la garde à Marseille, pour remercier la Bonne Mère d’avoir survécu à la guerre.

Démissionnant de l’armée mais restant un officier de réserve actif, il va réussir sa vie professionnelle en créant une importante affaire d’importation de charbon, tout en devenant le président de l’aéro-club de Provence et le restera pour une quarantaine d’années. Ses nombreux vols effectués aux commandes d’avion de tourisme lui permettent de rester au meilleur niveau de pilote et, quand éclate la seconde guerre mondiale, d’être mobilisé en tant que pilote de chasse avec son grade de commandant de réserve. Il sera affecté en tant qu’officier en second du GC I/8 sur Bloch 152 et va effectivement réaliser 4 missions de guerre durant la courte campagne de 1940, au cours desquelles il va ajouter une nouvelle victoire à son palmarès le 18 mai 1940 contre un Dornier 17. Faute d’avions disponibles, il terminera la campagne en pilotant l’appareil de liaison de son groupe.

Démobilisé, il reprendra sa profession d’armateur et va soutenir le régime de Vichy en adhérant à la légion des combattants qui fédère les anciens combattants de 14-18 fidèles au Maréchal Pétain. Il participe cependant aux combats de la libération de Marseille en 1944 mais va être accusé de collaboration à la libération, charges dont il sera acquitté par la cour de justice de Marseille le 14 novembre 1945. Lieutenant-colonel de réserve et toujours actif à l’aéroclub de Provence, il s’éteint à Marseille en 1971.

Sources

- Dossier individuel SHD n°1P 19801/1
- Témoignage oral SHD

Palmarès de Marc Ambrogi

DateHeureEscadrilleAvion pilotéRevendiquéLieuNotes
P1 03-juil-17 N 90 Avion Nonsard En collaboration avec Sgt Bordes
P2 19-août-17 N 90 Avion
P3 11-sept-17 N 90 Avion Varviney En collaboration avec Sgt Bordes
1 30-oct-17 10h10 N 90 DFW C Commercy Capturé. En collaboration avec Adj Bordes, Adj Dupré (N 68), MdL Planiol (N 68)
2 06-janv-18 10h00 N 90 Biplace N. Regneville En collaboration avec Lt Le Coq de Kerland
P4 27-mars-18 N 90 Biplace Louvigny-sur-Seille En collaboration avec Lt Le Coq de Kerland
3 16-mai-18 11h00 SPA 90 Biplace Nomeny En collaboration avec Lt Dencausse. FA 242w, Ltn Gunther Amlinger et Ltn Robert Kamm, tués à Raucourt à 6 km de Nomeny
4 17-mai-18 18h00 SPA 90 Drachen Juville En collaboration avec MdL Jean Pezon. Balloonzug 143.
P5 21-mai-18 SPA 90 Biplace Juville En collaboration avec MdL Jean Pezon et Sgt Charles Macé
5 25-juin-18 17h40 SPA 90 Drachen Goin-en-Moselle En collaboration avec MdL Jean Pezon. Balloonzug 152.
6 30-juil-18 18h45 SPA 90 Drachen Grange-en-Haye En collaboration avec Adj Maurice Bizot
7 07-août-18 17h52 SPA 90 Drachen Juville En collaboration avec Adj Maurice Bizot
8 21-août-18 13h30 SPA 90 Drachen Vaxy En collaboration avec Adj Maurice Bizot
9 02-sept-18 9h30 SPA 90 Drachen Juvelize En collaboration avec MdL Jean Pezon et Adj Maurice Bizot. Balloonzug 36.
P6 07-sept-18 SPA 90 Biplace Baccarat En collaboration avec S/Lt Dencausse et Adj Pezon
P7 14-sept-18 SPA 90 Avion Lignes allemandes En collaboration avec Lt Lemaire et Adj Macé. Ltn Eugen Siempelkamp (5v), CO du Jasta 64w
10 15-sept-18 7h00 SPA 90 Drachen Bourdonnaye En collaboration avec Adj Charles Macé
11 16-sept-18 10h30 SPA 90 Drachen Cirey En collaboration avec Adj Jean Pezon et Cprl Rivière
12 10-oct-18 14h07 SPA 90 Drachen Amelecourt
13 18-oct-18 14h15 SPA 90 Drachen Omeney En collaboration avec Adj Charles Macé
14 18-oct-18 14h20 SPA 90 Drachen Avricourt En collaboration avec Adj Charles Macé et Sgt Auzuret
15 18-mai-40 GC I/8 Dornier 17 Cambrai En collaboration avec le Lt Bouysse et le Sgt-Ch Corrin